Des espaces fraternels, des évènements culturels et des temps spirituels

Edito de Mgr Eric de Moulins-Beaufort

Chères amies, chers amis,

Le 1er novembre, nous fêterons tous les saints et le lendemain, nous prierons pour nos défunts. Cette année, assurément, ces deux jours vont avoir une intensité particulière. Celles et ceux qui sont morts pendant la période du confinement l’ont été parfois dans une extrême solitude. Le personnel des hôpitaux a fait ce qu’il a pu, mais les règles sanitaires strictes, nécessaires pour lutter contre la contagion, ont privé beaucoup de personnes de l’accompagnement de leur proche dans ses derniers instants. Les célébrations d’obsèques aussi ont été douloureuses : pas plus de vingt personnes, pas de gestes d’affection ou d’amitié, pas de possibilité d’exprimer spontanément sa compassion, son chagrin, son espérance, par des gestes aussi simples qu’une embrassade ou une main serrée. Beaucoup aussi ont dû renoncer à aller aux obsèques d’un parent ou d’un ami.

En ces deux jours, l’Église entière prie pour les défunts. Elle les confie à la miséricorde de Dieu manifestée dans le Christ et elle appelle pour eux tous et pour chacun la communion des saints. Remettez vos défunts avec confiance. Confiez-les au Seigneur Jésus : il a voulu mourir pour nous rejoindre tous dans ce passage obligé et pour y ouvrir une issue. Mourir n’est plus seulement une fatalité : c’est un acte dans lequel nous nous remettons à Dieu. A charge pour lui de faire briller ce qu’il y a eu de bon et de beau dans nos vies et de le porter à sa plénitude. A charge pour lui aussi de nous purifier de ce qu’il y a en nous de ténébreux, de colère, d’envie ou de nécrose.

Lorsque l’on accompagne une personne qui s’approche de la mort, il est parfois utile de lui dire : « Vous pouvez partir maintenant ». La Toussaint et le jour de prière pour les défunts nous encouragent à laisser aller nos défunts, non pas pour que nous les oublions, mais parce qu’ils nous précèdent dans la vie en plénitude. Dieu, dans le Christ, a agi pour que les promesses contenues en chacun de nous ne soient pas perdues, mais accomplies.

Frères et sœurs, bonne fête de tous les saints, que le Seigneur accueille les défunts dans sa paix si vivante,

+Eric de Moulins-Beaufort

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *