Des espaces fraternels, des évènements culturels et des temps spirituels

Edito de Mgr Bruno Feillet

Frères et sœurs,

Cela fait toujours peur ! Pourtant, au fur et à mesure que les expériences missionnaires s’accumulent, tous découvrent combien cela fait du bien aux missionnaires eux-mêmes de se mouiller pour le Seigneur. Malgré le confinement, beaucoup d’espaces ont poursuivi ou commencé des temps de mission ou d’évangélisation.

La préparation des missions commence toujours par une rencontre de l’Equipe Pastorale et des Conseils Locaux d’Animation concernés. Avec eux il faut discerner comment répondre à la demande du Christ : annoncer le Règne de Dieu et guérir les malades (Lc 10, 9). Sur quelle partie du Credo mettre l’accent ? De quelles « maladies » les personnes visitées ont-elles besoin de guérir ? Quelles sont les souffrances auxquelles elles sont confrontées ? Toujours, nous espérons que la mission se conclura non seulement dans la joie mais aussi avec le désir d’une vie fraternelle plus forte. Notre plus cher désir est que des fraternités de proximité voient le jour. Que l’on puisse dire des chrétiens : « voyez comme ils s’aiment, voyez comme ils prient, voyez comme ils servent ! ». La Fraternité des Missionnaires Diocésains est là pour aider à construire ces missions et pour les vivre avec les espaces qui le demandent.

La rentrée s’annonce dense en termes de missions. Une présence tout au long de la foire de Châlons-en-Champagne ; le 25 septembre une journée avec la Direction de l’Enseignement Catholique ; toute la journée de la fête de St Remi le 4 octobre ; une mission dans la vallée de la Suippe, une autre avec l’archevêque sur Croix-Rouge mi-octobre ; une autre encore sur Ste Céline – Aubigny-les-Pothées du 19 au 25 octobre. D’autres se préparent autour du marché de Noël de Reims, et des quartiers Chatillon et Europe de Reims.

La « réussite » des missions ne dépend pas d’abord des missionnaires. « Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain » (Ps 126, 1). Et si nous savons que « l’Esprit inspirera au moment même ce qu’il faudra dire » (Lc 12, 12) rien n’interdit, bien au contraire, d’aider l’Esprit en gagnant en compétences ! Il aura ainsi plus de leviers pour agir en nous. Participer au Congrès Mission du 25 au 27 septembre peut être une bonne école. La Fraternité missionnaire organise un bus pour la journée du 26 à Paris. Il reste de la place !

La joie des missionnaires ne dépend pas, elle, de la « réussite » de nos missions. Car toujours l’action de Dieu s’arrête à la liberté des personnes. Sans cesse Dieu se propose, jamais il ne s’impose. Et donc, tout ne dépend pas des missionnaires. En revanche, leur joie vient de ce qu’ils accomplissent leur baptême qui est d’annoncer l’Evangile par toute leur vie tout en ayant les mots pour le dire.

Bonne rentrée à tous !

+ Mgr Bruno Feillet,
Evêque auxiliaire de Reims

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *